DESKTOP
TABLET
SMALL TABLET
SMARTPHONE
 

Title

Info

FR NL
 

Interpréter pour l’autorité requérante (justice)

Comment réquisitionner un interprète?

 
  • Il ne suffit pas de parler deux langues pour savoir interpréter
  • et il ne suffit certainement pas de parler deux langues pour savoir interpréter dans un contexte juridique, qui exige des connaissances spécifiques et spécialisées.
  • L’interprétation exige des techniques spécifiques nécessitant une formation et de l’entraînement.
  • Les interprètes doivent se soumettre à un code déontologique : ils ne peuvent agir en dehors de ce code de bonne conduite.
  • La communication par le langage des signes exige une approche particulière.
  • L’interprète est la seule personne dans le paysage juridique à travailler sans préparation préalable (sans connaissances relatives à l’interrogatoire, à l’affaire, etc.) contrairement à la police, aux magistrats, avocats, etc.
 
 
 
 

Travailler avec un interprète pendant une audition de police

AVANT l’audition

  • Requérez un interprète assermenté et contrôlez son assermentation.
  • Chaque membre de l’UPTIA-BBVT est assermenté pour la combinaison de langues indiquée, respecte le même code déontologique et travaille de manière professionnelle.
  • Indiquez sur le réquisitoire l’heure de début et l’heure estimée de la fin de la prestation.
  • Envoyez immédiatement le réquisitoire à l’interprète.
  • Informez-vous bien de la langue pour laquelle vous avez besoin d’un interprète : faire déplacer un interprète pour la mauvaise langue vous fera perdre beaucoup de temps !
  • Pensez aussi au sexe de l’interprète (vous ne privilégierez par exemple pas un interprète masculin dans une affaire de viol).
  • Informez l’interprète afin qu’il puisse se préparer (vocabulaire et terminologie).
  • Laissez l’interprète se présenter, son rôle sera alors plus clair tant pour vous que pour la personne interrogée.
  • Convenez de la technique d’audition et du mode d'interprétation (la manière d’interpréter), à savoir consécutive ou simultanée.

PENDANT l’audition

  • Utilisez l’agencement en triade.
  • Utilisez la première personne (je) et adressez-vous directement à la personne interrogée.
  • Ne demandez pas à l’interprète des éléments qui pourraient nuire à sa neutralité.
  • Donnez toujours à l’interprète l’occasion d’aborder les problèmes (de nature culturelle, terminologique ou émotionnelle) - l’interprète s’adressera à vous en disant « l’interprète a une question » / « l’interprète demande un éclaircissement »/ « l’interprète se sent menacé ».
  • Veillez à ce que l’interprète ne reste jamais seul avec la personne auditionnée.
  • Assurez-vous que l’interprète dispose de suffisamment d’eau.
  • Prévoyez des pauses régulières.

APRES l’audition

  • Débriefing : donnez à l’interprète l’occasion de discuter avec vous des problèmes spécifiques à l’interprétation.
  • Donnez votre avis positif/négatif sur la prestation de l’interprète afin qu’il sache quels sont les points à améliorer pour l’avenir.
  • Ne demandez pas à l’interprète des éléments qui pourraient nuire à sa neutralité (par ex. : son avis sur la découverte de la vérité, des précisions d’ordre linguistique, etc.).
  • Fournissez immédiatement à l'interprète le réquisitoire, complété et signé par vos soins. La prestation de l’interprète débute à l’heure convenue. Si la fin estimée n’est pas atteinte, l'interprète sera indemnisé pour la durée de la prestation estimée.
  • Le temps d’attente est le temps de préparation de l’interprète. Un interprète professionnel arrive toujours au moins 15 minutes avant l’heure requise.
  • Rédigez toujours un réquisitoire pour la durée de la prestation requise, même si la mission n'a pas lieu pour des raisons externes à la volonté de l'interprète.

A titre d’illustration des bonnes pratiques, nous aimerions vous donner la référence de six films éducatifs relatifs au déroulement d’auditions de police avec interprète réalisées dans le cadre du projet ImPLI (Improving Police and Legal Interpreting).

Plus d’infos sur le projet ImPLI-poject de l’UE: https://www.arts.kuleuven.be/tolkwetenschap/projecten/impli/index [NL] http://eulita.eu/fr/impli-improving-police-and-legal-interpreting [FR]

Le lien vers le film éducatif du partenaire de projet belge Lessius: https://www.youtube.com/watch?v=TDf8L2ru56A&index=6&list=PLx15JSWFqoqCm5ycG6CKzxAQHE-YfrgIj

Le lien vers tous les films éducatifs du projet ImPLI: https://www.youtube.com/playlist?list=PLx15JSWFqoqCm5ycG6CKzxAQHE-YfrgIj

 
 
 

Travailler avec un interprète pendant une audience au tribunal

AVANT l’audience

  • Requérez un interprète assermenté et contrôlez son assermentation.
  • Chaque membre de l’UPTIA-BBVT est assermenté pour la combinaison de langues indiquée, respecte le même code déontologique et travaille de manière professionnelle.
  • Indiquez sur le réquisitoire l’heure de début et l’heure estimée de la fin de la prestation.
  • Envoyez immédiatement le réquisitoire à l’interprète.
  • Vérifiez si l’interprète a une connaissance préalable de l’affaire (obtenue par le biais d’interrogatoires de police, du juge d’instruction…) : les deux situations ont leurs avantages et leurs inconvénients.
  • Informez-vous bien de la langue pour laquelle vous avez besoin d’un interprète : faire déplacer un interprète pour la mauvaise langue vous fera perdre beaucoup de temps !
  • Pensez aussi au sexe de l’interprète (vous ne privilégierez par exemple pas un interprète masculin dans une affaire de viol).
  • Informez l’interprète afin qu’il puisse se préparer (vocabulaire et terminologie).
  • Pensez au positionnement de l’interprète dans la salle d’audience : cela doit rester confortable pour toutes les parties (surtout s’il y a plusieurs inculpés/accusés dans la même affaire et parlant la même langue, présents dans la salle).
  • Prévoyez deux interprètes si l’inculpé et la partie civile parlent la même langue étrangère.
  • Pensez au positionnement de l’interprète dans la salle d’audience dans le cas de personnes malentendantes : pour eux, l’interprète ne doit en effet pas être audible, mais bien visible !
  • Requérez deux interprètes si la prestation de l'interprète dépasse une heure.
  • Prévoyez un coffret d’interprétation s’il faut interpréter pour une ou plusieurs personnes.

PENDANT l’audience

  • Faites d’abord prêter le serment à l’interprète avant d’annoncer l’affaire.
  • Utilisez la première personne (je) et adressez-vous directement à la personne interrogée.
  • Ne demandez pas à l’interprète des éléments qui pourraient nuire à sa neutralité.
  • Pensez aux éléments concrets avec lesquels vous, magistrat/avocat, pouvez aider l’interprète : parler suffisamment fort et distinctement, articulez, ne parlez pas trop vite, n’utilisez pas de structure de phrase complexe, etc.
  • En tant que magistrat, continuez à mener l’audience : veillez à ce que les autres parties, au cours de l’audience, ne compliquent pas outre mesure le travail de l’interprète (en parlant trop vite, en marmonnant ou en parlant en même temps qu’un autre interlocuteur) - de la sorte, tout le monde comprendra que l’interprète ne peut interpréter s'il ne reçoit pas de données claires.
  • Donnez toujours à l’interprète l’occasion d’aborder les problèmes (de nature culturelle, terminologique ou émotionnelle) - l’interprète s’adressera à vous en disant « l’interprète a une question » / « l’interprète demande un éclaircissement »/ « l’interprète se sent menacé ».
  • Utilisez l’installation technique (micro, haut-parleurs…) et testez-les au préalable.
  • Assurez-vous que l’interprète dispose de suffisamment d’eau.
  • Prévoyez des pauses à intervalles réguliers.

APRES l’audience

  • Ne demandez pas à l’interprète des éléments qui pourraient nuire à sa neutralité (par ex. : son avis sur la découverte de la vérité, des précisions d’ordre linguistique, etc.)
  • Fournissez immédiatement à l'interprète le réquisitoire, complété et signé par vos soins. La prestation de l’interprète débute à l’heure convenue. Si la fin estimée n’est pas atteinte, l'interprète sera indemnisé pour la durée de la prestation estimée
  • Le temps d’attente est le temps de préparation de l’interprète. Un interprète professionnel arrive toujours au moins 15 minutes avant l’heure requise
  • Rédigez toujours un réquisitoire pour la durée de la prestation requise, même si la mission n'a pas lieu pour des raisons externes à la volonté de l'interprète

Pour illustrer le travail de l’interprète pendant une audience au tribunal, nous vous renvoyons aux trois vidéos relatives au déroulement de simulations d’audiences avec interprètes (mock-trials), filmés dans le Palais Papillon (palais de justice) d’Anvers le 07-05-2015.

Attention : le président, le juge d’instruction, le greffier, le procureur et l’avocat dans ces procès sont tous des professionnels qui n’occupent pas nécessairement la fonction jouée dans leur vie quotidienne. Ils jouent tous un rôle et commettent expressément des erreurs. Celles-ci ont été sélectionnées en fonction de leur fréquence, d’après ce que l’on peut constater dans la pratique.

Vous trouverez les explications complètes des scénarios et les commentaires sur les tournages des procès sur le site de la KU Leuven, Faculteit Letteren OG Tolkwetenschap (Faculté des Lettres, Science de l'interprétation): https://www.arts.kuleuven.be/tolkwetenschap/studiedagen-congressen/mock-trial-cases

CAS 1 - Audience en Chambre du Conseil - Prolongation du mandat d’arrêt - interprète en français https://videolab.avnet.kuleuven.be/video/?id=c52d5e82a4daf0a75289ca5dfafbf28f&height=388&width=640&autostart=false

CAS 2 - Audience en Chambre correctionnelle - plaidoyer de la partie civile - interprète en hongrois https://videolab.avnet.kuleuven.be/video/?id=550f5350df5093957519cd3b20f3bf24&height=388&width=640&autostart=false

CAS 3 - Audience en Chambre correctionnelle - Condamnation - interprète flamand en langage des signes https://videolab.avnet.kuleuven.be/video/?id=7109fd91b4e1466e95be21c9b5b8bfe7&height=388&width=640&autostart=false

 
 
 

L’avocat et l’interprète

La présence de l’avocat est abordée dans les points précédents (audition de police, tribunal). Dans le cas d’un entretien confidentiel avec l’avocat, la situation est toutefois spécifique et se rapproche fort de celle d’un interrogatoire à la police.

AVANT l’entretien

  • Requérez un interprète assermenté et contrôlez son assermentation.
  • Chaque membre de l’UPTIA-BBVT est assermenté pour la combinaison de langues indiquée, respecte le même code déontologique et travaille de manière professionnelle.
  • Indiquez sur le réquisitoire l’heure de début et l’heure estimée de la fin de la prestation.
  • Confirmez immédiatement le rendez-vous par mail.
  • Informez-vous bien de la langue pour laquelle vous avez besoin d’un interprète : si vous faites venir un interprète pour la mauvaise langue, vous perdrez beaucoup de temps !
  • Pensez aussi au sexe de l’interprète (vous ne privilégierez par exemple pas un interprète masculin dans une affaire de viol).
  • Informez l’interprète afin qu’il puisse se préparer (vocabulaire et terminologie).
  • Laissez l’interprète se présenter, son rôle sera alors plus clair tant pour vous que pour la personne interrogée.
  • Convenez de la technique d’audition et du mode d'interprétation (la manière d’interpréter), à savoir consécutive ou simultanée.
  • Requérez deux interprètes si la prestation de l'interprète dépasse une heure.

PENDANT l’entretien

  • Utilisez la première personne (je) et adressez-vous directement à la personne interrogée.
  • Ne demandez pas à l’interprète des éléments qui pourraient nuire à sa neutralité.
  • Donnez toujours à l’interprète l’occasion d’aborder les problèmes (de nature culturelle, terminologique ou émotionnelle) - l’interprète s’adressera à vous en disant « l’interprète a une question » / « l’interprète demande un éclaircissement »/ « l’interprète se sent menacé ».
  • Assurez-vous que l’interprète dispose de suffisamment d’eau.
  • Prévoyez des pauses à intervalles réguliers.

APRES l’entretien

  • Débriefing : donnez à l’interprète l’occasion de discuter avec vous des problèmes spécifiques à l’interprétation.
  • Donnez votre avis positif/négatif sur la prestation de l’interprète afin qu’il sache quels sont les points à améliorer pour l’avenir.
  • Ne demandez pas à l’interprète des éléments qui pourraient nuire à sa neutralité (par ex. : son avis sur la découverte de la vérité, des précisions d’ordre linguistique, etc.).
  • Fournissez immédiatement à l'interprète la fiche BAJ complétée et signée par vos soins. La prestation de l’interprète débute à l’heure convenue. Si la fin estimée n’est pas atteinte, l'interprète sera indemnisé pour la durée de la prestation estimée.
  • Le temps d’attente est le temps de préparation de l’interprète avant qu’il ne débute sa prestation. Un interprète professionnel arrive toujours 15 minutes avant sa prestation.
  • Rédigez toujours une fiche BAJ pour la durée de la prestation requise, même si la mission n'a pas lieu pour des raisons externes à la volonté de l'interprète.
 

Les directives/éléments ci-dessus constituent une énumération succincte des directives que l’on retrouve dans Salaets, H., Balogh, K., Rombouts, D. (2014) Gerechtstolken. Handleiding voor politie en rechtsdeskundigen in een meertalige context. [Les interprètes judiciaires. manuel à l’intention de la police et des experts judiciaires dans un contexte multilingue.] Louvain : Lannoo Campus.

Pour une bonne compréhension, il est dès lors conseillé de consulter la version intégrale !

L’UPTIA-BBVT a retravaillé ces directives en y ajoutant quelques points d’ordre pratique.

 
 

Parlez de l’UPTIA à vos collègues

Share on Google+