DESKTOP
TABLET
SMALL TABLET
SMARTPHONE
 

Title

Info

FR NL
 

Info 19 septembre

 

Les conséquences de l’A.R. du ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), pour l’interprète assermenté

 

Plein feux sur les mensonges d'un ministre de la Justice

 
 

Les conséquences de l’A.R. de Koen Geens (CD&V) pour l’interprète assermenté

Plein feux sur les mensonges d'un ministre de la Justice

Le nouvel AR portant actualisation des tarifs des traducteurs et interprètes assermentés a été présenté par le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), comme une hausse des tarifs.

Bien que le ministre de la Justice décrive comme bas voire très bas les tarifs actuels, il opte, une fois de plus, pour une diminution générale des tarifs. Outre le refus d’appliquer correctement la constitution (publicité de l’administration), le ministre se rend également coupable de communication mensongère.

Voici le tableau reprenant les « augmentations des tarifs des prestations d’interprétariat » telles que proposées par le ministre :

 

Tarif des interprètes

Sans indemnité d’attente

Sans indemnité d’attente

 

Français, néerlandais, allemand, luxembourgeois, anglais, espagnol, italien, portugais, danois, suédois, norvégien, finnois, grec

34,05

48

+41 %

Langues celtiques et slaves, turc, hongrois, roumain, albanais, autres langues européennes

47,44

48

+1 %

Langues arabes, hébreu, iranien, langues de l’Inde, langues d’Afrique, langues du Moyen-Orient

53,08

48

-9,6 %

Japonais, chinois, autres langues autres d’Extrême-Orient

58,83

48

-18,5 %

 

D'abord, l'indemnité d’attente illégale de 34,05 euros est déjà d'application. Le ministre diminue cette indemnité de 5 cents. Cela signifie que le revenu de l'interprète indépendant sera déterminé, une fois de plus, par la compétence ou l'incompétence de son client, en l'occurrence la Justice, et non plus par ses qualités professionnelles propres. Inadmissible !

N'est-ce pas là un manque de sens de la réalité que de demander à un indépendant de bloquer une demi-journée de travail pour un facturable minimum garanti de 34,00 euros ?

L'interprète non assermenté fournissant des prestations au SPF Justice suite à un appel d'offre, se voit garantir un tarif minium d'au moins 650 euros, étant également entendu que le critère du « prix le plus bas » est toujours appliqué. Cela représente donc un montant 19 fois plus élevé que celui d'un interprète assermenté.

En outre, ce tableau propose un tarif horaire alors que dans le projet d'AR il est question d'un tarif par minute.

Si la première prestation et le temps d'attente tombent sous la même heure, l'interprète judiciaire ne pourra désormais facturer qu’une seule heure. Inadmissible !

Le double tarif facturé pour des prestations nocturnes, jadis applicable de 20.00 heures à 08.00 heures, le sera désormais de 22.00 heures à 06.00 heures. Inadmissible !

Le double tarif pour les prestations le samedi a été réduit de moitié. Inadmissible !

Les frais d'annulation se limitent désormais à 1 heure d'attente (34 euros), que l'interprète ait perdu une heure ou une demi-journée. En revanche, si l'interprète décide d'annuler une mission qui lui a été confiée, il risque de se faire radier. Inadmissible !

L'emploi d'une valise d'interprétation n'est remboursé que si un minimum de 8 casques sont employés et uniquement pour des prestations durant au moins 6 heures. Inadmissible ! Une valise d'interprète doit toujours être employée et est l'équipement minimum d'un interprète professionnel. Il incombe au SPF Justice de pourvoir à un nombre suffisant de valises d’interprétariat.

Le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), introduit également une fiche de prestation. Il s'ensuit que l'interprète assermenté en devient un faux indépendant et il en perd sa neutralité et indépendance. Inadmissible !

Un interprète assermenté devra donc travailler plus pour gagner moins. Il devra, en outre, suivre des formations permanentes, et remplir toutes sortes de formalités administratives, etc ... s'il veut continuer à travailler pour la Justice.

L'UPTIA rejette ce projet d'AR et appelle le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), à mener une communication honnête, à savoir une communication basée sur des informations correctes.

L'UPTIA appelle également le ministre à adopter une vision à long terme permettant la mise en œuvre de solutions en vue de la modernisation et de la professionnalisation du métier de traducteur-interprète.

L'UPTIA appelle l'interprète assermenté à venir s'exprimer ce vendredi 30 septembre 2016 dans la matinée devant le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), pour lui faire comprendre que sa proposition est Inadmissible !

 
 

Parlez de l’UPTIA à vos collègues

Share on Google+